06.06 Juin 2016

le dossier du mois

20 juin 1936 : Le Front populaire généralise les congés payés




  • Un mois après son arrivée au pouvoir, le Front Populaire, représenté par Léon BLUM, généralise les congés payés en France. La loi est votée à l'unanimité par les députés le 11 juin 1936 et promulguée le 20 juin 1936. Elle prescrit un minimum de deux semaines de congés par an pour tous les salariés français liés à leur employeur par un contrat de travail.

  • Les congés payés ? Toute une histoire qui commence sous l’empire Napoléonien….

  • En France, les premiers congés payés ont été institués dès le 9 novembre 1853 par un décret de l'empereur Napoléon III, mais seulement au bénéfice des fonctionnaires. Tous les autres travailleurs étaient donc exclus.


  • Cette idée va être reprise par de nombreux autres pays : mais contrairement à la France tous les travailleurs bénéficieront de ces congés payés. Ce fut le cas pour l’Allemagne en 1905, l’Autriche-Hongrie en 1910, la Tchécoslovaquie, la Pologne et le Luxembourg au début des années 20. Cela concerne aussi la Grèce, la Roumanie, l’Espagne, le Portugal et même le Chili, le Mexique et le Brésil.

  • En France, donc, seules quelques administrations et patrons à la fibre sociale ont l'audace d'instaurer des congés payés au bénéfice de leurs salariés. Pourtant, en 1928, en 1931 et 1932, il y a bien eu quelques tentatives législatives pour généraliser les congés payés à l’ensemble de la population active, mais toutes les démarches ont été vaines : le Sénat s’y opposant.
  • Seuls quelques privilégiés profitent donc de vacances rémunérées : il s’agit notamment, outre les fonctionnaires de l’Etat, des salariés du tout jeune métro parisien, lesquels obtiennent, en 1900, 10 jours de congés payés.
  • En 1905, c'est au tour des salariés des entreprises électriques de se voir gratifier de 10 jours (et même 12 à compter de 1907). En 1906, les salariés des usines à gaz rejoignent les rangs et en 1913 les employés de bureau et de commerce obtiennent une semaine. Après la guerre, le mouvement continue avec la Société des transports en commun de la région parisienne (l'ancêtre de la RATP) qui accorde... 21 jours de congés payés à ses salariés.

  • Comme on le constate, ce sont surtout des salariés qui répondent à des missions de service public qui sont concernés.


  • Dans ce paysage, certains secteurs privés font figure d’exception. Dans les années 20, le secteur de la couture va accorder aux ouvrières, via les conventions collectives, une à deux semaines de congés en fonction de l'ancienneté. Le secteur de la fourrure continuera sur la même voie.

  • En 1929, un accord permet aux ouvriers du livre de bénéficier de six jours. Dans l'horlogerie, c’est grâce à Monsieur Fred LIP, que les salariés bénéficieront de congés payés dès 1934.

  • En Alsace, probablement inspirées par le modèle allemand, près des deux tiers des entreprises, et bien avant l’arrivée de Léon Blum au pouvoir, accorderont des congés annuels à leurs ouvriers.

  • Comment le directeur technique du journal « L’information » va-t-il inspiré Léon Blum ?

  • En 1922, soit 14 ans avant le vote de la loi généralisant les congés payés, J.J. Durand, directeur technique du journal « L'information », quotidien politique économique et financier parisien, obtenait de l'administration du journal l'octroi de vacances payées au personnel, démontrant que la solution était avantageuse pour tout le monde. Un certain... Léon Blum écrivait alors des articles pour « L'Information » et découvrit cette initiative qui ne manqua certainement pas de l’interpeller.

  • Mais à cette époque, la CGT est préoccupée par la durée de la journée du travail et n’inscrira le droit aux congés payés dans son programme qu’en 1926. La notion de congés payés n’apparait pas plus dans le programme de gouvernement du Front Populaire de janvier 1936. Seule la Section Française de l’Internationale Ouvrières (socialistes) en défendait le principe.

  • Une loi discutée et votée en quelques jours en juin 1936

  • Au lendemain de la victoire du Front Populaire aux législatives du 3 mai 1936, un puissant mouvement de grève éclate et paralyse la France. Les revendications portent sur la revalorisation des salaires, la limitation de la durée de travail à 40 heures par semaine... et les congés payés.


  • Les négociations engagées entre syndicats et patronat sous les auspices du nouveau président du Conseil, Léon Blum, aboutissent, dans la nuit du 7 au 8 juin 1936, à la signature des accords de Matignon, qui prévoient la généralisation des conventions collectives, l'augmentation des salaires et établissent le droit syndical dans l'entreprise.

  • En effet, pour faire voter la loi sur les congés payés, Léon Blum s'appuie sur un haut fonctionnaire de gauche, Charles Picquenard, directeur de cabinet au ministère du Travail. Ce dernier est alors chargé de rédiger un projet de loi en accéléré dans la nuit du 8 au 9 juin.

  • Le texte législatif est court et simple : la loi s'applique à tous les salariés liés à un employeur par un contrat de travail. La durée des congés payés est de quatorze jours, dont douze ouvrables, après un an de services continus, et d'une semaine, dont six jours ouvrables, pour six mois de services.

  • Déposé le mardi 9 juin à la Chambre des députés, le texte est voté le 11 à l'unanimité des 592 votants. Au Sénat, le 17 juin, le vote à main levée est aussi massif pour cette «importante réforme sociale permettant au chef de famille de partager avec les siens les jours de vacances auxquels son travail lui a donné droit». La loi est promulguée le 20 juin. Ainsi, en quelques jours, une réforme sociale considérée comme utopique pendant des décennies est finalement adoptée.

  • Pour aider les salariés et ouvriers à partir en vacances pendant la fermeture des usines, Léo Lagrange, alors sous-secrétaire d’Etat aux Sports et à l’Organisation des loisirs auprès du ministre de la Santé publique Henri Sellier créé des 1936 le « billet populaire de congés annuels » qui accorde 40 % de réduction sur les transports ferroviaires. Ce billet sera mis en vente dès le 3 août 1936.

  • 550 000 personnes, en 1936, puis 907 000, en 1937, partent ainsi à la découverte des bords de mer, des stations de montagne, des monuments célèbres ou des villages. Le billet de congé annuel permet encore aujourd’hui d’aider les salariés en partir en vacances.

  • 2 puis 3, puis 4, puis 5 semaines

  • Après la guerre, le mouvement va de nouveau s'amplifier.

  • Véritable « laboratoire social » avec, à sa tête, Pierre Dreyfus, la régie Renault accorde à ses salariés, en 1955, une troisième semaine. Et, contre l'avis des pouvoirs publics, une quatrième, sept ans plus tard. D’autres entreprises vont suivre le mouvement.

  • Les gouvernements successifs seront contraints de suivre ce mouvement libéral et augmenteront peu à peu le nombre de semaines de congés payés sous l’influence d’hommes politiques en vue à l’époque.

  • La loi du 27 mars 1956 (Guy Mollet) accordera 3 semaines
  • La loi du 17 mai 1969 (Maurice Couve de Murville) accordera 4 semaines de congés.
  • En juin 1981, ce même Pierre Dreyfus devient ministre de l’Industrie du gouvernement Mauroy. Dès lors, la cinquième semaine de congés payés est sur les rails. Elle sera instaurée par l’ordonnance du 13 janvier 1982.


Pour en savoir +  –  Lien 1

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK