18.09 Septembre 2015

le dossier du mois

26 septembre : Journée mondiale de la contraception

C’est en 2007 que le 26 septembre a été proclamé journée mondiale de la contraception. Cette journée a pour objectif chaque année de faire le point sur les évolutions de la contraception mais aussi de sensibiliser et d’informer le public en nombre.

  • Bien avant cette proclamation, la contraception faisait déjà l’objet de nombreuses réflexions. En 2007, une campagne nationale avait pour thème « La meilleure contraception, c’est celle qu’on choisit ». Cette campagne a notamment débouché sur la création d’un site Internet référent www.choisirsacontraception.fr et la mise en place d’un numéro gratuit d’information : le 0 800 235 236.



  • - Depuis 2007, chaque campagne nationale a pour but d’inciter chacun d’entre nous à choisir sa contraception. En effet, à notre époque, il est primordial de sensibiliser et d’inciter à choisir sa contraception car il fut un temps où la contraception telle qu’on la connait aujourd’hui n’existait pas et surtout un temps où l’on ne pouvait pas choisir de réguler les naissances.


Les moyens de contraception au fil des siècles

  • De tous temps, les femmes et les hommes ont inventé et créé de nombreuses recettes pour contrôler les naissances.

  • En Egypte, à l’époque antique, on utilisait le miel ou une pommade à base d’excréments de crocodile comme contraceptif féminin. Dans l’antiquité, on utilisait également la pulpe de figue ou de grenade comme moyen de contraception. A l’époque romaine, il était courant, pour les femmes, de prendre des douches froides après chaque rapport afin de tuer le sperme.

  • Au XIXe siècle, deux accessoires sont inventés par Hesse, le diaphragme (protection en latex destinée aux femmes) et le pessaire (anneau flexible en plastique destiné aux femmes). Le premier stérilet inventé par Ernst Grafenberg, médecin et chercheur allemand, sera commercialisé, quant à lui, en 1928. Les premiers essais de la pilule contraceptive débuteront en 1954 à Porto Rico. C’est ainsi que la pilule devient le premier moyen de contraception orale. Enovid sera commercialisée en France en 1961.

  • Concernant les moyens de contraception masculine, il est prouvé que le préservatif existe depuis des millénaires. En effet, une statuette égyptienne de plus de 6000 ans représentait un homme muni d’un « étui ». Le but était de se protéger des branchages et des maladies vénériennes lors des expéditions en forêt. Au XVIe, en Chine le préservatif masculin était fabriqué en papier de soie huilée.

  • En 1839, Charles Goodyear invente le préservatif en caoutchouc. Le premier préservatif en latex liquide fut fabriqué en 1930. En 1961, le premier préservatif lubrifié sera commercialisé en France.

  • Si les moyens de contraception ont, de tous temps, existé, la possibilité d’y recourir est restée longtemps interdite.


L’autorisation de recourir à la contraception : une lente évolution

  • Durant l’ère chrétienne, avortement et contraception sont confondus, interdits et condamnés. Au Moyen-âge, malgré l’interdit religieux, la contraception est un choix personnel possible.

  • Malgré les avancées scientifiques sur les moyens de contraception, le XIXe siècle fera reculer cette notion de choix : la lutte contre la contraception s’accentuant à cette période. La contraception est perçue alors comme ennemie du travail, de l’ordre et de la moralité.

  • Début XXe, les mouvements pour ou contre la contraception se renforcent. Contre la contraception, il y a la loi du 31 juillet 1920 qui réprime notamment la propagande anticonceptionnelle de 1 à 6 mois de prison. Cette loi, post première guerre mondiale, avait pour objectif de repeupler la France dans une période de déficit des naissances dû à la perte d’un très grand nombre d’hommes.

  • Cependant, cette interdiction de recourir à la contraception est très mal vécue en France, ce qui va faire naître des mouvements politiques qui militeront en faveur de la libéralisation. Le 8 mars 1956, le mouvement « La maternité heureuse » sera notamment créé par le Dr Marie Andrée Lagroua Weill Hallé, le Dr Pierre Simon et Evelyne Sullerot. Le but de ce mouvement est de « permettre aux couples de n’avoir des enfants que lorsqu’ils le désirent ».

  • Ce mouvement deviendra le Mouvement Français pour le Planning Familial en 1960. Le premier centre de planning familial sera ouvert dans la quasi clandestinité en 1961 à Grenoble par des militants et militantes. La même année le préservatif lubrifié sera commercialisé et la première pilule « Enovid » sera introduite sans que soient mentionnées ses propriétés contraceptives afin de pouvoir contourner l’interdiction. Ce sera donc, officiellement, un moyen de régulariser les cycles féminins.

  • Grâce aux avancées scientifiques et à l’évolution des pays voisins, le mouvement pour la contraception prend beaucoup d’ampleur. En 1965, François Mitterrand affirme, lors de sa campagne électorale, être favorable à la légalisation de la contraception orale. Un projet de loi sera déposé le 18 mai 1966 par le député Lucien Neuwirth. Les débats parlementaires seront houleux et dureront plus d’une année.

  • Le 19 décembre 1967, la loi autorisant l’usage de la contraception notamment orale sera adoptée par l’Assemblée Nationale. La loi Neuwirth sera promulguée le 28 décembre 1967.

  • Elle abroge les dispositions qui réprimaient la propagande anticonceptionnelle et surtout autorise l’importation et la fabrication des contraceptifs. Cependant, les décrets d’application de la loi ne paraîtront qu’entre 1969 et 1972.

  • En 1974, la loi n°74-1026 du 4 décembre achèvera le processus de libéralisation. La contraception est véritablement libéralisée et remboursée par la Sécurité Sociale. En novembre 1981, sous l’impulsion du ministère spécifique des droits des femmes, sera lancée la première campagne nationale télévisuelle sur la contraception intitulée « Pouvoir choisir ». Même si la journée mondiale de la contraception est instituée en 2007, il apparaît donc que la France avait déjà lancé des campagnes nationales autour du pouvoir de décision de chacun sur la conception d’enfants.

  • Aujourd’hui, ce sont les articles L5134, R5134 et R2311-13 du Code de la santé publique qui réglementent la contraception.

Pour en savoir +  –  Lien 1 / Lien 2 / Lien 3 / Lien 4 / Lien 5 / Lien 6

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK